vendredi 26 avril 2013

Préparation du Koki

Nous avons eu l'occasion d'apprendre à préparer une spécialité locale, le coki, et cela mérite bien un article détaillé, vous comprendrez bientôt pourquoi.

Qu'est-ce donc que le Koki ? à la base c’est un haricot blanc dont on fait une préparation à la consistance d'un cake, de couleur orangée, pimenté mais dont le goût ne ressemble à rien de connu donc c'est assez difficile à décrire. Selon les avis cela va de quelconque à délicieux. En revanche s'il y a bien une chose sur lequel tout le monde est d'accord c'est que sa préparation est très laborieuse, à tel point que peu de mama en font !



Mais les BEVT ne reculant devant rien, nous nous sommes lancés dans la confection d’une quantité honorable de ce met, ce qui nous a pris plus d'une demie journée il faut bien l'avouer…



Pour commencer, il faut faire tremper les haricots pendant au moins une quinzaine de minutes puis les frotter sur une grille pour éliminer la pellicule. Le but du jeu est donc de gratter les haricots, trier, changer l'eau, re-gratter, retrier, et re re re trier jusqu'à ce que toutes les pellicules aient été éliminées. Cette opération est assez fastidueuse et prend un temps considérable.
 Il faut ensuite broyer les haricots (ce que nous avons été faire faire car il n’y avait pas le matériel pour dans la maison où nous étions) , puis verser la pâte obtenue dans un mortier.

Commence alors la partie la plus physique, piler encore et encore pour aérer la mixture à laquelle on ajoute du sel,des cubes maggi et du piment (les deux épices indispensables ici).


 
Pendant ce temps il faut cueillir des feuilles de bananier et les faire ramollir sur le feu pour pouvoir les plier afin de servir de moule.
 Une fois que la pâte a été bien travaillée, on y verse un mélange d'eau et d'huile de palme non raffinée chauffé, ce qui va donner la couleur orange. On brasse pour bien homogénéiser puis on verse le liquide dans les feuilles de bananier que l'on referme et place dans une marmite sur le feu.
Le tout cuit à l'étouffée pendant plusieurs heures.. 

 Conclusion : le coki c'est bon mais au final on dépense plus de calories que l'on en absorbe si on le prépare soit même !

2 commentaires:

mitelzoziau a dit…

Super la rubrique culinaire, on en redemande ...

La prochaine fois avec des haricots blancs vous ferez un cassoulet !!! Nous attendons la recette du druide du Sud-Ouest.

Ségolène Bellanger a dit…

Et donc, on peut en faire en france si c'est des haricots blancs ?

Le prochain Courseulles on fait ça ?

Enregistrer un commentaire